La vipère : face à une morsure...

En cas d'attaque par un serpent, il faudra distinguer la morsure d'une couleuvre, qui sera composée deux série d'empreintes de dents en demi-cercles, la couleuvre mord, comme un chien avec ses deux mâchoires. La vipère va elle piquer comme un moustique avec ses deux crochets. Pour déterminer si la morsure est dangereuse il faudra retrouver les traces de ses crochets. En cas de piqûre il faut savoir que la vipère inocule son venin dans 60 à 70% des cas. Le reste de temps les piqûres ne sont pas suivies d'injection de venin. En cas de piqûre venimeuse on trouvera les signes suivant.

Signes locaux

Hors les marques des crochets l'inoculation du venin provoquera un œdème dans les 30 minutes, son absence sous 2 à 3 heures, indique que le venin n'a pas été injecté. Cet œdème est responsable d'une douleur très intense

Signes généraux

Le serpent injecte environ de 5 à 35 mg de venin, la dose et l'endroit d'injection conditionneront l'intensité des symptômes. Si la piqûre est faite dans une veine ou une région vascularisée comme le visage les réactions seront plus violentes. Les individus jeunes réagiront de manière plus importante.

 

On note des troubles :

• digestifs

• respiratoires

• coagulation

• rénaux

• neurologiques

 Ces troubles arrivent espacés dans le temps. Leur gravité oblige le traitement de la personne en service spécialisé.

Les gestes à faire

Appeler immédiatement le 15 (service des urgences) pour que la victime soit hospitalisée au plus vite Il faut se rendre compte de la présence des trous de piqûre des crochets. Elle doit être surveillée pendant au moins six heures et les premiers symptômes surviendront entre 30 minutes et 3 heures après la morsure. Allonger la personne mordue et essayer de la rassurer : toutes les piqûres de vipère ne sont pas forcément dangereuses car le venin n’est pas systématiquement injecté. On pourra donner du paracétamol pour la douleur plutôt que de l'aspirine.

 

 Enlever à la victime ses bagues et bracelets, qui pourraient faire garrot, et la laisser au repos complet en attendant les secours. Si vous possédez une bande de crêpe, vous pouvez bander le membre mordu de bas en haut, afin d’éviter au venin de se diffuser. Prenez garde à ne pas comprimer le membre touché et vérifiez que vous pouvez toujours passer un doigt entre la peau et le bandage. Si vous disposez d’un désinfectant efficace (eau oxygénée, produit iodé, Dakin), il faut nettoyer la morsure, mais n’utilisez en aucun cas de l'alcool ou de l'éther qui, non seulement sont inefficaces, mais de plus favorisent la diffusion du venin. En revanche, si vous avez de la glace, mettez-la dans un sac plastique, entourez le tout d'un linge léger puis appliquez à l'endroit de la morsure, la glace diminuera la douleur et le gonflement de la peau.

Les gestes à ne pas faire

 L'excision au couteau ou autre que l'on voit dans les films d'indiens, est extrêmement dangereuse, vous aggraveriez la situation. N’essayez pas non plus de la sucer, c'est inutile et peut être dangereux pour celui qui le fait

 Les enfants de moins de 15 ans seront pratiquement systématiquement hospitalisés.

 Ne donnez ni café, ni alcool, ni thé, qui accélèrent les battements du cœur et, donc, contribuent à la diffusion du venin. Bien sûr, ne cautérisez (chauffez) pas la plaie, c'est douloureux et dangereux. Enfin, n’injectez pas de sérum antivenimeux, produit qui ne doit être utilisé qu'à l'hôpital, car il existe un risque d'allergie.

IL NE FAUT PAS METTRE DE GARROT QUAND ON EST MORDU PAR UNE VIPÈRE

Oui, c’est vrai, il ne faut surtout pas mettre de garrot lorsqu’on est mordu par une vipère.

Les certitudes ancestrales ne proviennent pas toujours de connaissances éprouvées et peuvent parfois être dangereuses.

En effet, le garrot bloque la circulation du sang, augmentant donc le gonflement (oedème) là où le serpent a mordu. Si le sang n’irrigue plus la peau, celle-ci n'est plus oxygénée, elle noircit et meurt : en cas de garrot les blessures de la peau peuvent donc être graves et irréversibles.

 

La prévention

 La meilleure mesure préventive sera de laisser ces animaux tranquilles, ne pas aller les chercher. Si on doit vivre en cohabitation avec elles il faut porter des bottes ou des chaussures montantes dans les terrains herbeux. Faire attention si on est amené à ôter les chaussures dans ces coins là car elles recherchent la chaleur...

 Il faut éduquer les enfants à éviter leur habitat, à ne pas soulever les pierres, ou explorer les recoins des terrains à risques

 Quoi qu’il en soit, où que vous soyez, attention où vous mettez les pieds car les vipères se rencontrent aussi bien au nord qu'au sud de la France !

 

 En France, les vipères ne dépassent pas un mètre de long et elles ne plongent pas sous l'eau.

 Et pour les promeneurs partis en randonnée, il est conseillé de rebrousser chemin si vous rencontré une vipère. Quoi qu'il en soit, il n'est jamais nécessaire de provoquer une vipère. «Il ne faut pas s'affoler, et partir doucement »,

 Enfin pour vous rassurer, sachez que les vipères en France sont généralement peu dangereuses et peu agressives. Deux mille à trois mille morsures sont comptabilisées chaque année dans l’Hexagone ; deux ou trois personnes en décèdent.

 

ADRESSE

Joseph & Lola RATEL

Refuge Lo Tsamou

287 la Boucle des Orts

73500 Bramans

TÉLÉPHONE / MAIL

Tél. : + 33 (0)6 60 13 92 34

ou + 33 (0)6 40 11 82 64

 

refugelotsamou@bbox.fr