Le Chamois

1- Les races de chamois :

 

Le Chamois est un ongulé ruminant de la sous-famille des Antilopes. Il vit entre 300 et 3000 mètres d'altitude dans les Alpes et Pyrénées.

On en distingue plusieurs races locales endémiques (dans les Abruzzes, les Carpathes, les Balkans, les Tatras, le Jura... ).

Celui des Pyrénées est appelé Isard, il est plus petit et plus roux que le Chamois des Alpes. Il est plus grégaire et plus à l'aise dans les espaces dégagés que son cousin alpin.

Les chasseurs distinguent les Chamois de forêt des Chamois des rochers.

Le Chamois de forêt le plus typique est celui de Chartreuse. Il est plus grand, plus trapu et plus ramassé que les autres. Il est aussi plus lourd, et à la tête plus sombre. Il passe l'été à basse altitude dans les fourrés des grandes forêts résineuses. Il se cantonne dans les gorges boisées de moyenne altitude, où il se déplace généralement assez peu. Les Chamois des Vosges vivent quand à eux à 800 mètres d'altitude seulement.

Les Chamois des rochers, comme ceux de la Vanoise, ont une silhouette plus élancée que les précédents. Ils vivent en altitude et passent l'été à l'étage alpin, jusqu'à plus de 3000 mètres. Ils redescendent à la mauvaise saison. Le plus grand Chamois est celui des Carpathes.

 

2 - Description de l'animal :

 

Le Chamois mesure moins de 1 m 30 de long, pour une hauteur au garrot de 70 à 86 cm. Sa queue mesure 6 cm. Les deux sexes portent des cornes.

• Le mâle du Chamois est appelé bouc. Il pèse entre 40 et 50 kg, parfois 60 kg. Après 6 ou 7 ans, il vit à l'écart de la harde. Les vieux mâles se retirent quand à eux dans un endroit tranquille en solitaires.

• La femelle du Chamois est appelée chèvre. Elle pèse 30 km, jusqu'à 40 kg. Elle est plus fine, légèrement plus petite et plus gracieuse que le mâle. On la reconnait facilement quand elle est accompagnée d'un chevreau. Les chèvres trop vieilles pour avoir des chevreaux sont les bréhaignes. Femelles et jeunes vivent en petites hardes menées par une bréhaigne.

Le petit du Chamois est appelé chevreau.

• Entre 1 et 2 ans, les mâles sont appelés éterlous, les femelles éterles.

Le pelage du Chamois est ras (3 cm) et clair en été, de couleur beige à brun vif. La mue a lieu de fin août à octobre. Le pelage d'été tombe pour être remplacé par une fourrure à longs poils (jusqu'à 10 cm de long), brun foncé à noir. Au printemps (avril-mai), les boucs adultes muent à nouveau et perdent la bourre de leur fourrure par touffes. Ils prennent alors une couleur paille.

De très rares Chamois albinos sont blancs aux yeux roses.

 

Le bas des joues et le dessus du nez restent toujours blancs (masque facial), tandis que les bandes jugales (du museau jusqu'à l'oreille en passant par l'œil) sont brunes.

Le mâle porte une sorte de crinière le long de l'échine, plus foncée, qui s'hérisse en cas de danger ou durant l'excitation du rut.

Les cornes, courtes et noires, se terminent en crochet vers l'arrière, et se dressent entre les oreilles. Elles mesurent 14 à 17 cm. Elles sortent vers l'âge de 3 mois et poussent surtout durant les 5 premières années. Les femelles portent aussi des cornes, qui sont plus fines, plus parallèles et moins crochues que celles des mâles.

A la base postérieure des cornes des mâles se trouve une glande qui sécrète de la graisse odorante lors de la période des amours.

Le Chamois possède 32 dents: 8 incisives en bas, avec un bourrelet de cartilage en haut devant (la barre), pas de canines, et 24 prémolaires et molaires. Il ne coupe pas l'herbe, mais la pince et l'arrache comme le fait le mouton.

 

3 - Age et longévité :

 

Le Chamois vit de 15 à 25 ans. Un animal est vieux vers 14 ou 15 ans. A un an, les cornes des éterlous ne dépassent pas leurs oreilles. A deux ans, les cornes atteignent ou dépassent les oreilles. On peut déterminer l'âge du chamois en comptant les anneaux des cornes, qui poussent de novembre à mars.

La mortalité la plus forte s'observe à la fin de l'hiver, à cause des avalanches et car les animaux sont amaigris.

La chasse est ouverte en octobre, quand le Chamois a atteint sa pleine venaison (poids maximum). On le chasse à l'approche, tiré à balles au fusil à lunette.

 

4 - Traces du chamois :

 

Chaque pied possède 2 sabots en corne souple et dure, reliés par une membrane élastique. Cette  membrane permet aux sabots de s'ouvrir ou de se refermer selon le terrain: sabot large en "raquette à neige", ou appui précis sur les aspérités des rochers.

En hiver, le Chamois peut dégager de la neige un arbrisseau le long de sa piste pour le brouter. Il peut traverser de la poudreuse profonde.

 Son empreinte se compose de 2 sabots allongés à bord concave et mesure 4,5 cm. Lorsqu'il court, le Chamois pose d'abord ses pattes avant, puis les pattes arrière devant celles-ci.  Empreinte de pattes de Chamois dans le terre. (cliquez pour agrandir) Les crottes de Chamois mesurent 1,5 cm et sont partiellement aplaties.

 

5 - Les sens du chamois :

 

- Sa vue est bonne, mais sans doute pas meilleure que celle de l'homme. Il détecte surtout les sujets qui sont mobiles.

- Son ouïe est bonne, sans être exceptionnelle, mais il sait distinguer les bruits suspects des autres sons.

- Son odorat est très développé. Il sent l'homme (ou les chiens) approcher à 700 ou 800 mètres dans le sens du vent.

- Son sens de l'orientation est très bon, dans le nuit ou le brouillard. Il mémorise efficacement le terrain.

Le jeune chevreau bêle, le Chamois jeune ou adulte qui est dérangé pousse un sifflement: il chuinte pour avertir les autres.

 

6 - Répartition géographique :

 

Le Chamois est présent en France dans toutes les régions de  montagne (sauf la Corse): dans les Alpes, les Pyrénées, le Massif Central, les Vosges et le Jura.

En 1980, on comptait 25 000 Chamois dans les Alpes, 10 000 dans les Pyrénées, et 1000 dans les Vosges et le Jura.

Il y en a beaucoup plus en Autriche (150 000), davantage en Suisse (70 000) et en Italie (50 000), mais moins en Allemagne (20 000).

Le Chamois a été réintroduit par les chasseurs dans le Haut-Rhin (en 1956), et le Cantal (en 1978), malgré les préjudices aux pâturages et à la forêt.

 L'espèce est protégée dans les Parcs Nationaux (ex: Ecrins, Vanoise, Mercantour, Pyrénées). Il est chassé en dehors.

 

7 - Alimentation :

 

En hiver, le Chamois se contente des plantes qui dépassent de la neige ou qu'il déneige lui même avec ses pattes: bourgeons, jeunes pousses de Hêtre, de Sorbier, de Lierre, de conifères (aiguilles et bourgeons de sapin et de mélèze). Il consomme également des herbes basses accrochées aux rochers où la neige ne tient pas, ou arrache mousses et lichens, voire l'écorce des conifères. Durant la mauvaise saison, le Chamois perd 25% de son poids.

Au printemps, il descend très bas profiter de l'herbe nouvelle.

Le Chamois grappille l'herbe sans la tondre comme le mouton. Il préfère le trèfle alpin (tandis que le Bouquetin préfère la Fétuque ovine), diverses Graminées, les Ombellifères, les Fétuques, les Plantains, les Pâturins, les Myrtilles et diverses plantes dont il ne broute que la pointe.

Il ne boit presque jamais, mais lèche parfois la neige et absorbe la rosée du matin sur les plantes.

Il aime le sel et lèche les suintements salés des roches contenant du salpêtre, ou les pierres à sels des moutons. Il est actif le matin et le soir.

 

 

8 - Cycle de reproduction

Le bouc est polygame. Pour avoir le droit de saillir, les mâles s'affrontent en combats de cornes, les pariades, qui ont lieu à la saison des amours, de mi-novembre à mi-décembre. Les Chamois se rassemblent alors en grandes bandes. Le rut a lieu de nuit ou au crépuscule.

 

La mise bas a lieu au printemps, après 160-180 jours (23 semaines) de gestation, vers le 1er Juin. Les chèvres ont un petit de 2 kg, parfois deux. Il naît dans un endroit caché. Elles chassent alors le chevreau de l'année précédente.

Le chevreau marche dès sa naissance, après une à deux heures, et suit sa mère de très près. Il commence à brouter vers 10 jours, mais allaite au moins 2 mois. A un an, le jeune est appelé éterlou. Ses petites cornes atteignent alors le bout de ses oreilles. Les jeunes Chamois mâles et femelles atteignent leur maturité sexuelle vers 18 mois, mais les jeunes mâles ne s'accoupleront que plus tard.

 

9 - Comportement :

 

Le Chamois vit en hardes pouvant compter 100 individus, conduites par une vieille femelle stérile, la "bréhaigne". C'est elle qui traverse la première les couloirs d'avalanche, suivie du reste du troupeau souvent en file indienne prudente. Seuls les vieux mâles s'isolent.

Les hardes constituées en automne et en hiver se divisent au printemps. Le territoire compte de 100 à 1000 hectares. Après la mise bas, début Juillet, on observe à nouveau de forts rassemblements, les chevrées, qui regroupent mères et petits (chaque mère est escortée de un ou deux chevreaux).

Le Chamois est très farouche, toujours vigilant. Il fuit l'homme dès 500 à 800 mètres de distance, surtout les chasseurs qu'il sait distinguer. Agile et vif, le Chamois reste aux aguets, car il est très craintif. Il surveille régulièrement les alentours en relevant le tête. L'espèce n'est protégée que dans les parcs et réserves. Le Chamois coexiste pacifiquement avec le Bouquetinn, mais il lui cède la  place sur les places à sel.

 

10 - Habitat :

 

Le Chamois apprécie les névés ombragés des ubacs, qu'évite le Bouquetin, pur rochassier amateur de soleil.

Le Chamois est si bien protégé contre le froid qu'il craint plus le soleil que le froid. Il recherche alors la neige et les ubacs ombragés pour la sieste. Il se couche même sur la neige, et peut supporter -20°C immobile en plein vent.

Durant l'été, le Chamois tond les gazons entre 1500 et 3000 mètres d'altitude. Il  fuit la chaleur, donc recherche les abords des glaciers et des névés, contrairement au Bouquetin, et les pentes à l'ombre. Le soleil du milieu du jour le fait remonter à l'abri d'un rocher

Le Chamois n'évite pas le brouillard, il s'en sert pour se dissimuler.

En hiver, les chamois des rochers rejoignent les chamois des forêts. Certains s'aventurent jusque dans les granges pour y trouver de la nourriture

Le Chamois est d'une habilité et d'une agilité remarquables. Il peut sauter comme un ressort de 4 à 5 mètres de haut, franchir 7 à 12 mètres de long (7 à 8 m selon d'autres sources), et rebondir après 8 mètres de chute libre. Très à l'aise en mauvais terrains comme les pentes herbeuses, éboulis, vires, rochers pourris, couloirs escarpés et névés, il grimpe 12 fois plus vite qu'un homme entraîné. Il peut descendre des pentes neigeuses à 60° en se freinant grâce aux ergots à l'arrière de ses sabots. (Les pinces de ses sabots lui permettent de prendre prise).

Il peut grimper 1000 m de dénivelée en 1/4 d'heure. (pas moi!)

ADRESSE

Joseph & Lola RATEL

Refuge Lo Tsamou

287 la Boucle des Orts

73500 Bramans

TÉLÉPHONE / MAIL

Tél. : + 33 (0)6 60 13 92 34

ou + 33 (0)6 40 11 82 64

 

refugelotsamou@bbox.fr